aqua-planete



"Déménagement d'un aquarium d'eau douce"


    Un déménagement est une étape assez délicate et très appréhendée par les aquariophiles, il va falloir être méthodique, organisé et très soigneux pour limiter les pertes ainsi que les casses au maximum.

    Pour mettre le plus de chances de votre coté, prévoyez bien tout à l’avance, autant du coté matériel que les étapes que vous allez effectuer, avant de commencer, il est très important de savoir exactement tout ce que vous ferez, dans le bon ordre, sans rien oublier et sans rien négliger (ça parait logique, mais c’est souvent ce qui arrive dans la précipitation d’un déménagement).

    Ce déménagement fera aussi l’occasion unique de nettoyer certaines parties du bac et refaire le sol suivant vos besoins (terreau, gravier, aqualit etc.…).

Avant le déménagement :


    Avant de commencer, vous devrez déjà bien avoir étudié la future place de votre bac dans votre nouveau logement, sans oublier certains détails importants comme par exemple, prises de courant à proximité, orientation du bac suivant le soleil dans la pièce, attention au poids du bac si vous êtes à l’étage, vous devez vous assurer que le plancher résistera et ce même s’il est contre un mur porteur (souvenez vous qu’un aquarium pèse au moins 1,5 fois son volume en eau, c’est çà dire au moins 600kg pour un 400 litres, mais c’est souvent plus).

La préparation :


    Un déménagement va extrêmement bousculer l’activité biologique du bac, et stresser fortement vos animaux, c’est donc impératif de respecter certaines règles, et surtout les règles d’hygiène.

    Aussi, il vous appartient de trouver une solution pour que l’ensemble reste à une température permanente comprise entre 21 et 27°c, donc, inutile de penser à l’eau et aux poissons qui passent la nuit dans le camion du déménageur en plein hiver.

Vous devez prévoir :
-- De quoi stocker le volume du bac en bidons, jerricans et autres récipients, bien sur, tous doivent être propres et de qualité alimentaire, tous ces récipients devront être rincés et lavés.
-- De l’eau osmosée si vous en utilisez pour obtenir des paramètres précis tel que le kH. (environ 10 à 20% du volume du bac).
-- Plusieurs caissons polystyrène, le nombre et volume en fonction de ce que vous avez dans votre bac (voyez avec votre magasin aquariophile, généralement, ils les donnent, de plus, ça les débarrasse). Ou sinon des grandes caisses plastique type caisses de rangement (avec couvercle) sont aussi bien si vous en avez, les poissons y seront plus en sécurités du point de vue oxygène que dans des sacs aquariophiles.
-- Un seau vide et propre.
-- Un rouleau d’essuie tout.
-- Raclette, épuisettes, éponge, serviette…
-- Des sacs de transport aquariophile.
-- Des petites boites hermétiques sont assez utiles aussi.
-- Une petite pelle de cuisine.
-- Suivant la nature de votre sol (gravier, terreau ou autre) vous aurez peut être besoin de le refaire, si c’est le cas, prévoyez-le à l’avance.

Les différentes étapes :


    L’ayant fait plusieurs fois, je vous conseille fortement de déménager le bac un autre jour que le déménagement de la maison (quelques jours avant ou quelques jours après), car rien que pour le bac, comptez la journée entière, vous aurez donc très peu de temps pour le reste. Vos chances de réussites seront très nettement supérieures si vous remettez le bac en eau le soir même, une nuit à passer hors du bac peu s’avérer catastrophique pour l’ensemble de la population car plusieurs problèmes capitaux se poseront (température basse et oxygène principalement).

    IMPORTANT : Suivant votre déménagement, il faudra peut être prioriser certaines étapes, par exemple si vous avez 400 kms à faire et pensez pouvoir réussir à remettre le bac en eau le soir même, vous serez éventuellement obligé de laisser de coté le nettoyage du matériel afin de privilégier la remise en eau le jour même (ce qui reste une priorité absolue dans la mesure du possible). Cette remise en eau le jour même avec du matériel non nettoyé, il est vrai que ce n’est pas génial du tout, mais si ça peut éviter au bac de passer la nuit dehors, c’est tout de même mieux. Bien sur, si le temps à disposition vous le permet, le nettoyage du matériel est très important.

    Vous voila prêt, voici quelques étapes qui pourraient vous aider à vous organiser.

*La première étape , J -15 :

    Assez en amont, c'est-à-dire 2 semaines avant environ, vous rincerez les masses filtrantes afin que la colonisation bactérienne soit assez lourde et active le jour du déménagement, de cette façon, la colonie bactérienne sera plus opérationnelle pour une meilleur reprise.

*Equipement de seconde importance:

    Si le bac est équipé, vous pourrez commencer par démonter le matériel de seconde utilité (groupe froid, osmolateur, osmoseur, détendeur de CO2 etc.…) le jour précédent, ce qui vous évitera de perdre du temps le jour J car la journée du déménagement va être longue et chargée.

    Vous pourrez aussi enlever et nettoyer tout ce qui sert de décoration dans le bac (pierres et autres décorations).

    Chaque matériel démonté doit être entièrement vidé, nettoyé et révisé (au moins visuellement), vérifiez bien que tous les câbles qui se trouvaient dans l’eau ne sont pas abîmés ni craquelés. Démontez et nettoyez bien les rotors des pompes ainsi que leur logement.

    Petite astuce, l’eau osmosée va bien pour nettoyer le matériel, de plus, elle élimine d’éventuels parasites en eau douce. N’utilisez par contre aucun détergeant.

    Vous pouvez d’ailleurs aussi démonter la rampe d’éclairage si elle est indépendante du bac, vider tout ce qu’il y dans le meuble du bac (nourriture, matériel du petit entretient … bref, tout ce dont vous n’aurez pas besoin demain, ça sera toujours du temps de gagné.

*Le jour J :

    Vous voila prêt, devant le bac, tôt le matin, prenez un bon café. Bon courage pour la suite !!!

*Equipement :

    Afin de laisser le bac en eau avec ses habitants le plus longtemps possible, démontez tout le matériel électrique comme les pompes à eau, le chauffage, (après avoir débranché la prise principale alimentant le bac bien sur), nettoyez-le en même temps afin de ne pas avoir à revenir dessus.

Le filtre :

    Comme le filtre à été nettoyé 15 jours avant, vous placerez les masses filtrantes dans un seau ou une caisse à part mais sans nettoyage. Que ce soit un filtre fermé ou une décantation, videz-le et retirez toutes les mousses de filtration, céramiques et autre et placez-les dans un récipient que vous remplirez avec l’eau du bac. Pour éviter les projections d’eau, ce récipient doit être fermé mais pas hermétiquement.

Les plantes :

    Les plantes seront retirées une à une, ce qui fera l’occasion de les inspecter afin de les débarrasser des feuilles mortes ou abîmées puis, soit stockées dans des sacs aquariophile, avec peu d’eau, mais ceci seulement pour des courtes périodes (disons moins de 3 heures), soit, ou dans tous les cas si vous avez la possibilité, il sera préférable de les placer dans un seau ou une caisse de rangement que vous remplirez avec l’eau du bac.

    Si vous possédez des racines (genre racines de tourbière), retirez-les également et essayez de les garder si possible dans un récipient avec de l’eau, afin d ‘éviter qu’elles se vident et remontent à la surface lors de la réinstallation.

Les invertébrés :

    Une fois les plantes retirées, attrapez les crevettes, crabes, escargots et autres invertébrés et placez-les soit dans des petites boites, soit dans des sacs aquariophiles. Vous pourrez mettre plusieurs spécimens de même espèce dans le même sac, mais surtout sans surcharger (par exemple, 2 crevettes dans l’un, 4 escargots dans l’autre etc…). La quantité d’eau doit être environ 1/5 du sac, pour des déplacements de plus de 12 heures, les sacs devront être remplis à l’oxygène pur. Si vous possédez des caisses dérangement, seaux ou autres récipients d’au moins 10 litres avec un couvercle non hermétique, vous pouvez placer les invertébrés directement dedans en la remplissant avec de l’eau du bac.

Les poissons :

    La dernière étape concerne les poissons, le bac étant vide de ses décors et plantes, la pèche sera alors assez facile, mais elle devra se faire le plus calmement possible sans les stresser, donc deux épuisettes sera préférable afin de les piéger rapidement sans les fatiguer.

    Vous pouvez néanmoins retirer les ¾ de l’eau avant de les pécher, ce qui rendra la tache encore plus facile. (bien sur, cette eau sera gardée et stockée en bidon), comme vous aurez enlevé les plantes et bien remué le bac avant, il est bien de filtrer cette eau sur perlon lorsque vous la retirez.

    Pour les poissons, il sera placé un poisson par sac (pour les petits characidés comme les néons ou autres poissons de ce type ou de cette taille, vous pouvez en mettre 4 ou 5 par sac), ne mettez pas trop d’eau car l’air manquera plus que l’eau, on met en général 10 à 20% du volume du sac en eau, le reste en air, mais suivant la taille du poisson, il ne doit pas se retrouver couché dans le sac par manque d’eau (Discus ou Scalaire par exemple). Si le déménagement prend plus de 24heures, il faudra alors remplir les sacs à l’oxygène pur.

    Vous pouvez là aussi utiliser des plus grands récipients qui possèdent un couvercle comme des caisses, glacières, seaux… ce qui permettra de placer beaucoup plus de poissons. Dans tous les cas, que ce soit caisses, seaux, glacières etc, l’oxygénation sera moins problématique qu’en sac, vous pourrez toutes les 1 ou 2 heures ouvrir le couvercle afin de changer un peu l’air dans le récipient.

L’eau :

    Une fois les poissons retirés, il devrait logiquement rester que l’eau et le gravier. Retirez toute l’eau en la filtrant sur perlon (à l’aide d’un entonnoir par exemple). N’oubliez pas la réserve qui se trouve dans le filtre à décantation (suivant la configuration du bac).

Le gravier :

    Suivant la composition de votre sol, si vous l’avez étagé en plusieurs composants pour une pousse meilleur des plantes (gravier + terreau + aqualit ou autre etc…, en différentes couches), vous ne pourrez pas le retirer sans mélanger ces composants, il sera alors peut être l’occasion pour vous de le refaire entièrement avec des composants neufs.

    Si le sol se présente en un seul composant ou déjà mélangé, vous pourrez le récupérer plus facilement. Si c’est le cas, autant récupérer et réutiliser celui-ci afin de profiter de sa colonisation bactérienne, toujours utile dans ces cas là.

    Pour le retirer, utilisez une petite pelle de cuisine jusqu’à tout enlever, une fois retiré c’est une bonne occasion si vous souhaitez le garder au lieu de le changer de le rincer plusieurs fois, de préférence avec de l’eau du bac. Afin de garder un peu de sa population bactérienne, essayez de le stocker dans l’eau (toujours de l’eau du bac), remplissez simplement le seau ou il se trouve d’eau jusqu’à la surface du sable.

Nettoyage du bac :

    En premier, vous pouvez sécher le fond du bac avec du papier essuie-tout, puis une fois sec, un petit coup rapide d’aspirateur (seulement si vous êtes certain qu’il n’y a plus d’eau ou d’humidité) pour retirer les derniers grains de sable qui peuvent d’avérer dangereux pour le verre. Faites la même chose pour la décantation si vous en possédez une. Pour nettoyer les vitres du bac (notamment la vitre arrière), une lame de cutter convient parfaitement à condition de faire très attention de ne pas rayer le bac bien sur, mais surtout de ne pas abîmer les joints de colle, c’est très important car ça ferait un point de rupture, donc par prudence, n’approchez pas la lame à moins de 1 cm des joints.
Dans la mesure du possible et si le temps vous le permet, essayez de nettoyer le bac au maximum, autant les vitres que la décantation et le filtre (le filtre, soyons d’accord, pas les masses filtrantes), c’est rare d’avoir cette occasion donc il ne faut pas la laisser passer.

Chargement du bac :

    Tout est prêt, vous chargerez le bac en premier et tout ce qui est vivant et plantes en dernier, ceci dans un principal intérêt de garder une température stable le plus longtemps possible.

Transport :

    Pour le transport, comme dis plus haut, le vivant, plantes et sable ne passeront pas la nuit dans un camion en hiver, donc, sauf cas impossible, il faudra au moins l’emmener le jour même dans votre future demeure et les placer dans une pièce chauffée.

Remise en place du bac :

    Une fois sur place, rassurez-vous, vous avez fait le plus dur et le plus long. Placez le bac dans son emplacement définitif et avant le remplissage, assurez-vous qu’il soit bien stable et de niveau autant dans le sens de la longueur que dans le sens de la profondeur.

Réinstallation du matériel :

    Réinstallez le matériel de première importance (pompe, filtre, chauffage etc…) sans le brancher pour l’instant.

Remise en place du sol :

    Comme nous avons vu précédemment, suivant la nature de votre sol, vous n’avez peut être pas eu la possibilité de le récupérer sainement (s’il été étagé), il est alors l’occasion d’en refaire un nouveau avec les composants que vous aurez préalablement choisis et préparés.

    Si votre sol ne comporte qu’un seul composant et que vous le réutilisez, il n’y a alors pas de recommandations particulières, déposez-le délicatement avec une légère pente sur l’arrière (plus haut vers l’arrière du bac que vers l’avant).

Remise en eau :

    Reversez l’eau que vous avez retiré jusqu’aux 3/4 du bac environ. Afin d’éviter de trop remuer le gravier, posez une assiette sur ce gravier et versez l’eau délicatement dessus.

Remise en place des matériaux filtrants :

    Remettez le filtre en place ainsi que ces masses filtrantes (mousse, céramique, perlon etc…).

Remise en place des plantes :

    A ce stade, commencez la plantation (ainsi que vos éléments de décoration, roches, racines etc…), c’est aussi l’occasion de changer un peu la disposition, pour un meilleur aspect visuel, placez les plantes suivant leurs tailles, en allant des plus grandes à l’arrière aux plus petites vers l’avant.

Les invertébrés et poissons :

    Avant de relâcher vos animaux, vérifiez tout de même que la température de votre bac corresponde à celle ou se trouvent vos hôtes. L’eau que vous avez stocké ne pas être en dessous de 21°c.

    Si l’écart de température est trop important (supérieur à 2°c), il faudra la rééquilibrer lentement avant de transférer vos animaux dans le bac.

    

Dernières révisions :

    Tout est en place, revérifiez une dernière fois toute votre installation au complet, puis si tout est OK, rebranchez le bac.

    Voila, la phase la plus dure est terminée, il faudra observer attentivement le comportement général du bac, que ce soit au niveau du vivant mais aussi du matériel. Il ne vous restera plus qu’à réinstaller vos accessoires de seconde utilité (Osmoseur, osmolateur, GF, pompes de dosage …), mais là, ce n’est plus de l’urgence…

BON COURAGE



 ______________________________________________________________ 

Copyright © 2002-2013 aqua-planete.com
Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite.
Droits d'auteur enregistrés. CopyrightDepot.com sous le numéro 00049351

 ______________________________________________________________